top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurLaurent

Le prix de la Qualité


Nos escapades auvergnates nous conduisent jusque dans la Loire. Nous passons une quinzaine de jour dans le charmant petit hameau du Phaux. Ici, nous avons été chaleureusement accueillis par Nathanaël et ses enfants, Sven, Anis, Youri et Anja.


A Phaux, pas de jardin-forêt, ni de potager, mais de belles serres ou poussent de merveilleux trésors. Nous sommes chez un producteurs de fruits rouges. La saison des fraises touche à sa fin et les framboises commencent à rougir. Très vite, nous comprenons que nous sommes chez un artisan, un vrai. Un amoureux des bonnes choses qui privilégie la qualité à la quantité. Notre première rencontre avec la cueillette des fraises nous fait comprendre qu’il y a fraise et fraise. Alors que dans mon imaginaire, une bonne fraise est une fraise bien rouge, et bien c’est bien plus complexe. Nous ramassons des bijoux qui seront triées une par une pour la vente au marché de St-Etienne ou pour un restaurant gastronomique. Le tri est sélectif et ne sont mises en barquette que les fraises parfaites, sans trop d’akènes, pas trop mûres, pas trop ternes. Notre œil s’affine, notre palais l’y aide...



La qualité a un prix, et je ne parle pas d’argent... Durant notre périple, nous avons rencontré des gens passionnés qui, de leur passion, font des produits remarquablement bons. Leur point commun ? Ils ne cherchent pas la rentabilité ni la quantité mais tentent de respecter harmonieusement leur choix de vie et de faire en sorte que leur production leur ressemble. La passion, le sentiment d’œuvrer à un monde meilleur, la fierté de produire des bons produits, voilà pourquoi il est important de les soutenir. «Acheter c’est voter» me disait un grand sage à Goubing… Cette maxime prend encore plus de sens quand on se rend compte du travail de certains artisans de la Terre.


Pour revenir à Phaux, la saison des fraises et de la rhubarbe touche à sa fin. Nous arrivons juste avant celle des framboises, des cassis et des groseilles. Suivront les mûres et les myrtilles De ce fait, nous aurons l’occasion de participer à la transformation de certains de ces fruits. Nous apprenons à faire de la confiture avec Claudine et dégustons avec plaisir les sorbets réalisés par Mathieu. Nous prenons également le temps d’aller marcher jusqu’au Pic Pelé pour observer les champs de myrtilles et tenter de comprendre le fonctionnement et la spécificité des Monts du Forez. Ici, la culture de la myrtille est ancrée dans le paysage et dans l’histoire. Je retrouve les mêmes petites myrtilles de St-Luc et du Mattmark qui seront ramassés avec le peigne dès la mi-août. Rien à voir avec les myrtilles du commerce grosse comme des abricots. Elles seront ramassés à l’état sauvage par le dur labeur des cueilleurs dans les pans des montagnes. Nathanaël nous explique l’histoire de ces cultures qui ont vu le jour grâce aux coupes de bois d’antan et aux pâtures des animaux. Une «lutte» qui empêchera la forêt de reprendre sa place. C’est un équilibre fin et complexe et l’homme fait partie du puzzle.



Nathanaël est une excellent guide et pédagogue qui apprécie et prend le temps d’expliquer. Passionné de champignons, il nous emmène dans sa passion et ramassons avec lui des champignons succulents, des Amanites Rougissantes, qu’il ne faut pas confondre avec d’autres amanites… Nous profitons également de notre visite dans cette région pour nous rendre dans la ville de Thiers, connue et reconnue comme plaque tournante de la lame. Ama vous a déjà raconté son expérience de fabricant de couteau. Nous, nous laisserons tenter par quelques nouveaux couteaux qui nous aideront peut-être à vous concocter quelques bons repas prochainement.


Le mois de juin prend fin avec la victoire de la Suisse contre l’Italie que nous regardons dans un bar pirate de Noiretable. Avec le retour du mois de juillet, nous allons œuvrer dans notre dernier wwoofing, déjà, chez Pauline, David, Alice et Satine. Nous vous enverrons tout prochainement des nouvelles de nos aventures dans un Beaulieu dans le Cantal !

1 комментарий


Isabelle Alborghetti
30 июн.

Merci pour ces explications sur la culture des fruits rouges, les champs de myrtille (et la comparaison avec les myrtilles de St-Luc!), et l’évocation des amanites rougissantes!

Très beau mois de juillet ! 🌈

Лайк
bottom of page