top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurAnaïs

L'enfer du décor



Nous avons été émerveillés, nous vous avons bien fait rêver… Place à l’enfer... euh pardon... l’envers du décor !


Après 3 semaines intenses de wwoofing à un rythme qui ne nous est pas naturel, dans une alternance entre pluie et chaleur, dans un univers insolite, apprivoisant des tâches nouvelles, s’acclimatant à un univers inconnu… nous sommes fatigués !

La fatigue est présente chez chacun de nous et s’exprime malheureusement par de l’impatience, de l’intolérance parfois, un agacement présent, une lassitude qui traîne, le ton qui monte...



Voici donc nos bêtes noires… réelles et/ou vivantes :


L’araignée qui partage nos toilettes sèches




La couleur de nos habits de travail, les mêmes toute la semaine, entre boue, transpiration, saletés diverses et variées. Et encore, vous n’avez pas l’odeur ! Marinella a eu pitié et nous a proposé de faire une lessive en fin de semaine (normalement c’est lessive à la main ici…). Si le linge a pu sécher (ce qui est le cas quand il fait soleil mais s’il pleut, même à l’abri, il y a tellement d’humidité que le linge reste humide), ce qui est propre est rangé dans les valises et les habits en cours sont suspendus dans la tente. Et quand nous les enfilons le lendemain matin, ils sont humides...



Douche extérieure (froide) et instable.


Boutons qui grattent, dont les démangeaisons me réveillent la nuit. Après le baume répulsif au roucou, j’ai fait un baume calmant aux HE, et l’on se badigeonne tous les soirs. Nous avons tous plus une cinquantaine de piqûres sur chaque membre.




De jolis escargots… neurotoxiques. Tout ce qui sort du jardin est lavé au vinaigre blanc, même ce qui va être épluché.




De grandes distances à parcourir : pratiquement 2 minutes pour aller du carbet-cuisine au frigo, et presque le double pour aller chez Jean-Jacques et Marinella. L’évier quant à lui de situe en contrebas du carbet, dans un passage glissant lorsque la boue s’accumule.



Sur la photo de droite, qui représente le «parking», vaste étendue avec à gauche la bergerie et le poulailler ; au fond vers Apolline, les marches qui mènent à la cuisine ; derrière moi le frigo ; puis plus haut la maison de nos hôtes.



A 18h15, il fait nuit noire. Il faut donc bien penser aux lampes frontales pour aller faire la vaisselle, ou aux toilettes ou retourner à la tente…


Je ne vous parle pas – enfin si ! - du matelas pneumatique où je fais du trampoline chaque fois que Laurent se tourne, le lit à refaire tous les jours car les draps trop petits glissent, le sac à dos de Laurent et ma jolie casquette qui moisissent, la poussière partout quand ce n’est pas de la boue, toutes les denrées alimentaires qu’il faut conserver soit dans des boîtes en plastiques soit dans une glacière sous peine de voir les fourmis vous les voler (et surtout rien d’alimentaire dans la tente), le matériel électronique qu’il faut stocker dans une glacière sous peine d’être abîmé par l’humidité, le bruit assourdissant des grenouilles et criquets dès que la nuit tombe (il nous faut vraiment lever la voix pour s’entendre !)…


Mais nous l’avons fait ! Les garçons ont fait preuve d’autonomie et de responsabilité. Ils gèrent de mieux en mieux la cuisine, nous préparant des crêpes, de la pâte à la cuisson. Ils ont passé beaucoup de temps à nous aider, ou bien à jouer aux cartes, pêcher ou inventer des jeux. Ils deviennent aussi des experts en photo, et Amaël en photo animalière. Petit clin d’œil à Julien, nous allons venir nous perfectionner auprès de toi, et Sacha en pêche auprès de Laurent !



Nous sommes cependant heureux de tout ce que nous avons traversé, appris, découvert, transformé, aimé, ici au Domaine des 3 Rés.




Maintenant, place à d’autres découvertes : à partir de demain, nous louons un véhicule, et allons arpenter l’île. Dans un premier temps, nous allons laisser des valises ici à la tente, et revenir y dormir entre deux escapades de quelques jours pour explorer le nord de l’île, puis nous quitterons définitivement le Domaine pour rejoindre le sud, où entre temps Emily (la sœur de Laurent) et Mélissa (sa fille) seront arrivées.


A la prochaine, au paradis ?!

5件のコメント


Marion M
Marion M
2月12日

C'est sûr que tout compte fait, je ne vous envie pas sur tous les points ;-)

Ahhh l'humidité et les piqûres !

いいね!

Michèle Clavien
Michèle Clavien
2月08日

Coucou les aventuriers

J’espère que vous avez récupéré de vos « traumatismes » 😂et que vous profitez bien de la période vacances. J’espère aussi que vous aurez du plaisir à vous retrouver avec les filles et à fêter de façon inoubliable les anniversaires.

Nous serons bien sûr en pensée avec vous six et vous embrassons affectueusement

Au plaisir de vous lire, d’apprécier les belles photos et de vous suivre dans la poursuite de vos aventures

Grand mam et JC


いいね!

elodiepicard5
2月07日

Wahhoou quelle araignée ! Comment avez vous fait pour vous habituer à sa compagnie, mieux vaut ne pas avoir de frontal qui fonctionne au final… Conditions humides extrêmes, vous allez savourer une météo plus clémente avec des paysages luxuriants. On a hâte de découvrir les photos animalières !

いいね!

apomadhe
2月06日

Oh mon dieu, cette araignée est ENORME !!!!!! Elle était vraiment dans les toilettes sèches ? J'aurais fait un malaise je pense ^^

En tout cas, bravo à vous quatre, c'était pas si simple et vous avez réussi à garder le sourire et la bonne humeur malgré tout. La suite ne sera que détente et plaisir (en tout cas je vous le souhaite !) sur les chemins de rando et les belles plages de Martinique 😘

いいね!

Isabelle Alborghetti
2月03日

Il est vrai que l’enfer du décor est bien moins enthousiasmant que la beauté des plantés martiniquaises! J’espère que la suite de votre séjour sur l’île se révélera plus confortable pour toute la famille ! Bisous!

いいね!
bottom of page