top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurAnaïs

A déguster en conscience s’il-vous-plaît



Le ramassage des châtaignes est terminé, mais pas le reste : leur transformation.


Avec Claire (l’autre wwoofeuse) et une équipe d’amis motivés, nous participons à la transformation de 520 kg de châtaignes, à la CUMA de Pendedis. Cette CUMA fonctionne avec des salariés et des saisonniers.

J’ai le privilège de découvrir comment les châtaignes sont épluchées par une machine (un four à éplucher) et triées… par nos petites mains… !


Commençons au début : les caisses de châtaignes sont déchargées au pied de la grosse machine verte et vidées au fur et à mesure dans le contenant. Entraînées sur un tapis roulant, elles montent en direction d’un chalumeau, qui brûle la première peau. Ensuite, elles passent entre des brosses qui enlèvent la deuxième peau. En gros, et pour faire simple...


Elles arrivent alors sur notre tapis. Clémentine, une habituée de la CUMA engagée pour le tri par Fred et Laure, passe la douchette pour débarrasser les résidus de peau et diriger les châtaignes toutes propres dans notre direction.




C’est maintenant que nous entrons en jeu. Les noires, véreuses et pourries sont jetées. Les cassées et un peu abîmées (moins de 30 % de la châtaigne) sont mises de côté dans la petite rigole. Elles serviront à la confiture de châtaignes. On laisse au centre les entières et toutes belles, qui serviront pour les châtaignes au naturel ou bien arrangées pour l’apéro au rhum raisin ou pastis, fenouil, badiane…


Ainsi, les châtaignes passent au tamis de notre regard et de nos mains. Au fur et à mesure du tapis qui avance en permanence, le tri s’affine. Du plus pourri au plus pur. Laure, en fin de chaîne, vérifie une dernière fois.


En bas de l’atelier, une autre équipe est à l’œuvre. Récupérant les bonnes châtaignes, elles sont mises en pot, avec au choix, du rhum et des raisins, ou bien du pastis, des graines de fenouil et de la badiane. Les couvercles sont stérilisés avant d’être posés et vissés, puis une machine fait le vide et enfin, les pots partent dans l’autoclave pour la cuisson et stérilisation.


Le reste des châtaignes est congelé pour être transformé en confiture un autre jour.


Plus de 5h de tri… avec quelques pauses pour reposer notre dos et sécher nos mains.

Je pense aux travailleurs à la chaîne… Je laisse mes pensées vagabonder, mes doigts danser sur le tapis. Je suis impressionnée par la connexion entre mon regard et mes mains. Mes yeux repèrent ce qui est à écarter, et mes mains prennent le relais, le regard déjà porté vers un autre endroit. Il y a des moments où il faut être rapide et rester concentré. Des moments où ça ralentit. Il y a des moments de confusion, où je me trompe de destination : il m’arrive d’en jeter une qui n’était pas complètement abîmée. Je ne suis pas la seule, nous en rigolons. J’entre dans un état presque méditatif. Il vaut mieux ! De plus, nous avons un casque sur les oreilles, la machine étant très bruyante. Pas de discussion, chacun est concentré sur son bout de tapis à trier. A part quelques blagues et commentaires de Fred, je ne peux même pas dire que le silence règne, mais le bruit règne !


Une fois que tout est trié (Houra!), il reste à nettoyer. Nous avons la chance de ne pas avoir à nettoyer les machines, mais seulement le sol, car des particuliers viennent éplucher 30kg après nous. Claire et moi sommes libérées à 20h mais les autres restent jusqu’à minuit pour attendre la fin de la cuisson et le refroidissement de l’autoclave. Les pots sont enfin mis en carton et chargés pour le retour à la maison.


Ainsi, les châtaignes n’ont (presque) plus de secret pour vous ! Ainsi, vous comprenez pourquoi un petit pot coûte autour des 6 euros. Ainsi, vous dégusterez en conscience, en vous souvenant du travail que cela demande, depuis l’entretien de la châtaigneraie, en passant par le ramassage, le tri et jusqu’à la transformation.


Il y a tellement de déclinaisons possibles : farine, sirop, crème, confiture, châtaignes au naturel ou arrangées à diverses inspirations, au chocolat, à l’orange, en purée…


Bon appétit ! Et savourez, c’est tellement bon, quand même !


Pour les gourmands et curieux, voici le site internet de Laure et Fred (supers gîtes à louer pour des vacances dans les Cévennes et découverte de leurs produits): https://www.bancels.com/

3 Comments


Valérie Bischoff
Valérie Bischoff
Nov 10, 2023

Trop chouette de vous suivre et de se replonger dans notre voyage de cette année entre autres dans les Cévennes que nous avons adoré! Bisous à vous tous de Mase où de gros flocons tombent en grande quantité aujourd'hui

Like

Isabelle Alborghetti
Nov 05, 2023

Je n’aurais jamais pensé que les châtaignes donnent un tel travail ! J’y penserai la prochaine fois que je mange un produit à base de châtaignes !!

Like

luciegantes
Nov 04, 2023

Effectivement 6€ pleinement justifiés. Et encore, les arbres ne se transhument pas ! Ni de jour ni de nuit 😅😅😅

Like
bottom of page